Arrivage de CD & Vinyles collectors sur la boutique ! Stock limité

Souffrance a publié son deuxième album solo, Tour de magie, le 14 octobre dernier, un an après Tranche de vie. Quelques semaines après la sortie de ce projet, il a reçu Scred Magazine dans le studio de son groupe L’Uzine. Souffrance se produira également en showcase à la Scred Boutique le samedi 26 novembre prochain.

 

ADRIEN : Bonjour Souffrance, comment te sens-tu après les premières semaines d’exploitation de ton nouvel album Tour de magie?

SOUFFRANCE : Bah écoute, je me sens bien. Franchement, des bons retours et tout, je me sens bien.

A : Les retours sont-ils conformes à tes attentes ou les ont-ils dépassé ?

S : Écoute, ça les a peut-être dépassé, après je me rends pas encore bien compte, mais d’avoir rempli la Machine du Moulin Rouge, c’est quand même palpable. Ça a peut-être dépassé mes attentes, ouais, j’ai de gros retours sur Tour de magie.

A : Cet album fait suite au succès commercial surprenant de Tranche de vie l’an dernier, est-ce que tu aurais imaginé un tel succès pour un premier véritable album à trente-cinq ans ?

S : Tranche de vie ça a pas véritablement été un succès commercial, plus un gros succès d’estime. Tu sais, un succès d’album, à n’importe quel âge c’est dur de l’imaginer, même quand t’as vingt ans, d’ailleurs je l’imaginais plus maintenant que quand j’avais vingt ans.

A : Est-ce à cause de ce succès inattendu que l’album suivant s’appelle Tour de magie ?

S : Ouais, sûrement. Ça a fait partie du choix du nom, s’il n’y avait pas eu ce succès sur Tranche de vie, je sais pas s’il y aurait eu un album aussi vite, les choses auraient sûrement été très différentes.

A : Tes morceaux ont été partagés sur les réseaux par quelques gros noms du rap français, et tu as notamment été invité par Jul dans le projet Le Classico Organisé, sur le titre Faut qu’on s’en aille où tu partages notamment le micro avec Keny Arkana. Comment as-tu ressenti ton entrée singulière dans le multiverse du rap français ?

S : Bah moi j’ai kiffé hein. Tu sais, Jul m’a appelé quand j’étais au taf pendant ma pause déjeuner. C’est pas lui directement qui m’a appelé mais on m’a fait la proposition, et on me dit : « Est-ce que tu veux poser sur Le Classico Organisé ? ». J’ai réfléchi un peu et j’ai dit : « Ouais, j’suis chaud ». Déjà je suis très content que Jul ait pensé à moi, et le premier morceau du Classico Organisé qui sort, c’est Loi de la calle, un gros morceau boom-bap avec Lacrim et tout ça. Moi, la prod sur laquelle on m’a mis c’était pas boom-bap, c’était un autre délire, mais j’ai kiffé, c’était un bon délire.

A : Cela t’a également permis de rapper avec des tauliers comme Rocca ou Seth Gueko, en plus de Rockin’ Squat avec qui la connexion existait déjà avant ton premier album. Cela représente-t-il une forme d’accomplissement dans ta carrière d’être validé par des sommités du rap français ?

S : Bah écoute, c’est pas grâce au Classico Organisé que je suis contacté par Rocca, après pour Seth Gueko je sais pas. Rocca c’est vraiment par rapport à DJ Duke, paix à son âme, c’est lui qui nous a mis en connexion pour le bordel qu’on a fait avec notre morceau Mash-up. Et est-ce que c’est une consécration ou un aboutissement ? J’appelle pas ça un aboutissement, parce que pour moi un aboutissement c’est quand t’es arrivé à la fin, et je suis pas arrivé à la fin moi.

A : Tranche de vie apparaît comme une rétrospective de ta carrière des débuts à 2021, très introspectif et egocentré. En revanche, Tour de magie s’éloigne un peu de cet angle et apparaît comme une forme de renaissance humaine et artistique. Était-ce donc une évidence d’inviter Prince Waly sur ce projet, qui a lui aussi dû passer par des moments difficiles avant de pouvoir à nouveau faire briller sa musique ?

S : Ouais, Prince Waly c’était une évidence. Déjà, il m’avait invité à sa Grünt de retour, et puis après tout ce qui s’est passé, quand j’ai vu qu’il revenait, c’est devenu important pour moi de l’avoir sur l’album en vrai. Faire ce morceau avec Cenza et Prince Waly sur une prod de Jeune G, complètement folle, c’était ouf et ça m’a fait plaisir.

A : On sent à travers différentes punchlines une féroce volonté de conserver ta singularité, l’identité de l’Uzine. Maintenant que ta notoriété personnelle a dépassé celle du collectif, comptes-tu t’impliquer personnellement pour exposer d’autres membres du groupe aux oreilles du grand public ?

S : Nous on fait comme d’habitude en vrai. Y’a un album de L’Uzine qui est en préparation, les autres membres du groupe ils ont jamais eu besoin de moi pour quoi que ce soit. Cenza il a fait du bruit avec Un trou noir dans un gant blanc, dont le clip doit être à 700000 ou 800000 vues, bientôt au million. Il a sorti son dernier album, Retour au temple, Vakeso a sorti J.A.M., Tony, y’a un peu plus longtemps, a sorti 8.8.  donc tu vois, les membres du groupe n’ont jamais eu besoin de lumière pour faire de la musique. L’Uzine avait une reconnaissance avant même Souffrance. Après, bien sûr, il y a une lumière sur moi, et si cette lumière peut aussi toucher le groupe ça fait plaisir à tout le monde.

A : Cela passera-t-il par des projets solo de leur part ou par un projet de groupe en priorité ?

S : Là y’a un projet de groupe, c’est vraiment un projet L’Uzine qui va sortir.

A : Dans Singe savant tu dédicaces Alpha Wann et Freeze Corleone, avant de dire : « J’fais du R.A.P. d’hérétique ». Les deux rappeurs cités, qui ont notamment collaboré sur Rap catéchisme, se sont placés parmi les plus gros vendeurs sans coller aux standards commerciaux. Penses-tu que grâce à eux notamment le statut des « hérétiques » comme toi dans le rap français a changé ?

S : Je sais pas si c’est grâce à eux, mais c’est vrai que ce statut a changé, et ils ont fait un travail pour ça. Est-ce que tout est grâce à eux ? Y’a peut-être d’autres choses qui rentrent en compte, tu vois. En tout cas moi je dédicace Freeze Corleone et Alpha Wann parce que j’aime leur mode de pensée, ils ont jamais dévié de leur façon de faire, même si elle a évolué, ils ont pas changé l’âme de leur musique, c’est pour ça que je me reconnais assez en eux, je trouve que leurs parcours sont inspirants.

A : Le morceau Sourire est en featuring avec Spectacular, un chanteur de dancehall, pour un résultat surprenant et une couleur qui n’existait pas encore dans ta discographie. Comment est née cette connexion ?

S : En fait j’ai fait ce morceau, Sourire, et on avait pas encore de refrain. Avec Tony on se disait qu’il fallait un mec qui fait du reggae, du ragga. J’ai contacté un gars que je connaissais, il a pas pu se placer dessus, donc j’ai contacté Htag, un photographe et réalisateur, qui est grave connecté à plein de personnes dans le milieu ragga-reggae, dont la manageuse de Spectacular. Ça l’a fait tranquille, et le voilà sur l’album quoi, grosse vibe.

A : Une interlude est nommée Vendredi 17 juin 2005, que représente cette date pour toi ?

S : La date, elle représente pas grand-chose en réalité quoi, y’a pas de truc. Par contre ça représente le morceau Hall 26 qui est un peu une photo d’une époque. Dans cette photo d’époque il y a ce freestyle que j’avais fait à cette époque-là, donc ça représente les origines d’un truc, plein de choses, mais la date en particulier non.

A : L’album se termine sur Au milieu des ombres, et dans le refrain, tu dis notamment « On trouvera la lumière au milieu des ombres ». Quand on s’appelle Souffrance, est-ce parfois difficile de trouver cette lueur d’espoir ?

S : Moi je m’appelle Souffrance, mais dans tous mes morceaux il y a une lueur d’espoir, l’espoir c’est important et c’est ça qui nous fait vivre, ce qui fait vivre pas mal de monde je crois. Y’a toujours de l’espoir dans mon son, je suis pas vraiment pessimiste en vérité, même si on peut l’être, y’a toujours une touche d’espoir, si tu crois que c’est mort ça sert à rien après.

A : La scène de Montreuil est extrêmement diversifiée, de L’Uzine à Triplego en passant par Ichon ou Prince Waly, sans oublier Swift Guad. Est-ce que l’idée de mettre en place un projet, comme cela a été le cas récemment pour Sevran, réunissant les différents artistes de la ville, à déjà été évoquée ?

S : Je pense que tout Montreuil y a déjà pensé. Y’a déjà eu un projet fait comme ça y’a très  longtemps qui s’appelait 93.100 Leader, c’est 93 Lyrics qui était à l’initiative de ce projet. Tout le monde doit y penser, moi j’y ai déjà pensé en tout cas. Après, de là à le faire, c’est une autre histoire.

A : Samedi 26 novembre, tu seras en showcase à la Scred Boutique, que représentent ce lieu, et la Scred Connexion pour toi, en tant qu’auditeur puis en tant qu’artiste ?

S : En tant qu’auditeur, la Scred Connexion elle représente une époque du rap, avec Haroun, Mokless, Koma et Fabe, qui était un monstre du rap à l’époque. La Scred Connexion fait partie des classiques, a sorti des classiques incroyables, elle fait partie de l’histoire du rap. Pour moi, ce que représente la Scred Connexion c’est aussi dans la suite, tu vois, ce qu’ils ont fait avec la Scred Boutique, y’a eu un réinvestissement dans le milieu, ils sont pas sortis du rap. Ils ont un espace sur Paris, qui est le seul espace de rap indépendant sur la capitale je crois, où tu peux arriver, poser tes CD et les vendre, y’a une émulsion, une émulation, des open-mics… Ce que fait la Scred Connexion avec la Scred Boutique c’est très important pour le rap indépendant et ça permet de créer une petite économie, parce que c’est important l’économie dans l’indépendance.

Peut être un dessin animé de texte qui dit ’SAMEDI 26 NOVEMBRE I OPEN MIC 14H PRÉSENTE PAR OWAZA AVEC DJ OXYDZ SCOAD 15H VENTE EXCLUSIVE ET DÉDICACE DU VINYLE TRANCH DE VIE> PAR SOUFFRANCE ET RENCONTRE AVEC LUZINE 17H PROJECTION DU MATCH FRANCEI DANEMARK 80 RUE MARCADET PARIS 18E MÉTRO MARCADET- POISSONNIER WWW.SCREDCONNEXION.COM SCRED BOUTIQUE’

A : Pour conclure, j’aimerais savoir s’il te reste quelques tours de magie à proposer au rap français pour les années à venir.

S : Oh oui, il m’en reste plein. C’est plus des tours de magie, là, c’est des miracles.

A : C’est le titre du prochain album, Miracle ?

S : Non, je pense pas… (rires)

 

 

Interview réalisée par Adrien

 

Retrouvez les albums Tranche de vie et Tour de magie de Souffrance en version physique à la Scred Boutique et en digital sur toutes les plateformes de streaming.

> VISITEZ LA BOUTIQUE DU RAP FRANÇAIS

 

SHOP PAR ARTISTE
  • Scred Connexion
  • L'uzine
  • La cliqua
  • Davodka
  • Demi Portion
  • L'hexaler
  • Paco
  • Iam
  • Assassin
  • Dabuz
  • FhatR
  • La Brigade
  • Expression Direkt
SHOP RAP FR
Des milliers de produits Rap Français t'attendent sur Scredboutique.com