gaziantep escortgaziantep escortmaltepe escortbostancı escortanadolu yakası escortroobet casinoRoobetChicken mystakeankara escortalf inscriptionnomini inscriptionalexander inscriptioncasino extra inscriptionnetbet inscriptionunique casino inscriptionmillionz inscriptionprince ali inscriptionviggo slot inscriptionmontecryptos inscriptionGratowin applicationDublinbet applicationCasino Joka applicationVasy applicationparis sportifs hors arjelparis sportifs en Italiesites de paris sportifs russesparis sportifs sans vérificationparis sportifs au Luxembourgsites de paris angaismeilleur site de pari sportif internationalparier courses de chiensparier sur le footballparier sur les cornersparier sur les cartonsparier sur le nombre de tirsbetway betstars avisbwinFrance PariGenybetPartoucheVbetataşehir escortKings Chance appMagical Spin appMachance appFlush app888 Casino appWinamaxZebetZeturfPlay RegalVegasplusMebbistrendyol indirim koduslot siteleri https://en-iyi-10-slot-siteleri.comstarzbet adamsah.netbahiscombahiscombelugabahisbelugabahisbetistbetistceltabetceltabetklasbahisklasbahismariobetmariobetrestbetrestbettarafbettarafbettipobettipobetcasibomcasibomcasibomcasibomstarzbetsahnebetlimanbetredwinmatadorbetmatadorbetbetkombetkomcasibomcasibomcasibomcasibombahis siteleriblackjack siteleriCasinoBonanzacasino bonanzadeneme bonusurulet sitelerisweet bonanzacasino sitelericasino sitelericasino siteleriistanbul escort bayancasibomBetofficePusulabetKlasbahisFatih eskortseosekabetsekabetcasibomcasibomMeritkingstakestakestake
Arrivage de CD & Vinyles collectors sur la boutique ! Stock limité

Originaire d’Antony, Keuchei s’affirme peu à peu comme l’une des têtes à surveiller du 92. Avec son dernier projet, Gang ou rien, sorti le 8 mars dernier, il dévoile son large éventail de qualités, en terme de flow comme d’écriture. Keuchei passe un cap avec cette mixtape, sur laquelle il s’entoure de gros noms. Pour l’occasion, il s’est confié à Scred Magazine pour revenir sur son début de carrière et ses ambitions.

 

 

ADRIEN : Bonjour Keuchei, tu as sorti ce 8 mars ton projet Gang ou rien, qui fait suite à C’est le gang sorti l’an dernier. Tu viens d’un groupe nommé Yakuza Gang. En quoi cette idée de gang est-elle importante pour toi ?

KEUCHEI : Elle me représente depuis le début, depuis que j’ai commencé. J’ai toujours été en groupe. Même aujourd’hui, maintenant que je rappe en solo, il y a un groupe derrière moi. Même dans la vie de tous les jours.

 

A : Y’aura-t-il toujours cette référence au gang dans chaque projet ? 

K : Sur des sons oui, mais sur des projets entiers pas forcément. 

 

A : Gang ou rien est-il un album ou une mixtape pour toi ?

K : C’est une mixtape, mais j’ai essayé de la travailler un peu plus qu’une mixtape standard. L’album, c’est pas tout de suite mais ça arrive. Je suis encore un peu dans la carte de visite, où je dois montrer ce que je sais faire. Mais je suis prêt pour l’album.

 

A : Tu aurais potentiellement pu réaliser une carrière de footballeur, qu’est-ce qui a fait que tu t’es davantage orienté vers le rap ?

K : J’ai d’abord coupé avec le foot, puis j’ai connu le rap bien après. Le foot c’était plus un rêve d’enfance.

 

A : Est-ce qu’il y a la même discipline d’entraînement / studio entre le foot et le rap ?

K : Il faut à peu près les mêmes aptitudes, à quelques détails près. Discipline, rigueur… 

 

A : Quels rappeurs ont été tes premières inspirations ?

K : Tout le monde. J’étais un gros consommateur de musique quand j’étais petit, donc quand je te dis « tout le monde » c’est vraiment tout le monde. Les plus petits comme les plus gros, j’en ai esquivé aucun, je les ai tous écoutés. 

 

 

A : Comment décides-tu de te lancer dans le rap avec Yakuza Gang ?

K : À la base, j’écrivais dans mon petit coin, et un jour j’ai fait un freestyle comme ça à un frérot. Je pensais que ça allait rester entre lui et moi, mais au final, il est parti le dire à tout le monde ! (rires) J’avais d’autres frérots qui faisaient ça avant moi, et c’est eux qui m’ont chauffé, parce qu’avant ça j’avais vraiment pas confiance en moi.

 

A : Quand décides-tu de partir en solo ?

K : Quand les autres m’ont lâché. (rires) Y’a un frérot qui est parti de l’autre côté de la France, il avait des galères qui ont pris le dessus sur la musique, et un autre qui faisait du foot, quand ça a commencé à se concrétiser pour lui, il a fait son choix. 

 

A : En 2019, tu effectues une peine de prison. Est-ce que cette épreuve t’a permis de sortir plus déterminé que jamais à réussir dans le rap ?

K : Bien sûr, j’ai beaucoup écrit en prison, et j’avais pas de beats ou de producteurs à disposition. Je pouvais faire des deux mois sans téléphone donc j’écrivais vraiment a capella. Je trouvais des tournures, des rythmes… Je me suis aiguisé là-bas.

 

A : Le projet commence par Position d’attente. Est-ce que tu es enfin au moment que tu as attendu toute ta carrière ?

K : Pas encore, mais j’attends moins qu’avant. J’ai signé, ça devient très concret, et c’est plus agréable de travailler comme ça, on prend une bonne direction. 

 

 

A : La notion d' »OG » est très présente dans tes lyrics. Quelles qualités sont nécessaires pour être un OG ?

K : Faut être gang, y’a pas le choix. Après, un OG, ça peut être beaucoup de choses. Tu peux être un OG dans la musique, le foot, ce que tu veux… À partir du moment où tu fais ce que tu dois faire, tu es un OG dans ton domaine.

 

A : Un OG sait bien s’entourer, et sur ce projet, il y a Genezio, Fresh LaDouille, Beendo Z et Jok’Air. Comment se sont faites ces connexions ?

K : C’est des mecs que j’écoute et qui m’écoutent. Et au fur et à mesure des séances de studio, tu ressens ce truc d’OG en chacun. Ça a été fluide entre eux et moi. Genezio, par exemple, avant la séance studio j’écoute un peu ce qu’il fait mais je le connais pas plus que ça personnellement, et on se rend compte qu’on a plus de points communs que ce que l’on pensait. Ça a donné un très bon morceau. 

 

 

A : Tu viens d’Antony, qui contrairement à d’autres villes du 92, n’a pas vu naître beaucoup de rappeurs marquants. Est-ce une volonté future de développer la scène de la ville ?

K : Bien sûr, ça donne une niaque en plus. Y’a du talent ici, on crie mais on nous entend pas. Donc on va crier plus fort. Tant qu’ils nous entendent pas on va crier. Y’a des talents, y’a pas que moi. Et y’a peut-être des feats déjà prévus avec des mecs de la ville. À la nocturne de Skyrock, on a fait plein de sons qu’on faisait à l’ancienne avec les mecs d’Antony. 

 

A : Est-ce que tu pourrais à l’avenir mettre de côté l’imagerie du gang pour toucher un autre public ?

K : Gang, ça reste moi. Je vais faire en sorte d’être mainstream tout en restant moi-même. Après, toucher un autre public c’est toujours bien, c’est une bonne satisfaction, c’est du bonus.

 

A : Après ce projet, comptes-tu enchaîner sur un autre rapidement ou l’exploiter sur la durée ?

K : Direct, on enchaîne. Pour l’instant c’est du kiff, donc on avance tout droit sans se poser de questions.

 

A : Pourras-tu défendre ce projet sur scène ?

K : Y’a des surprises qui arrivent…

 

 

La mixtape Gang ou rien de Keuchei est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Interview réalisée par Adrien

> VISITEZ LA BOUTIQUE DU RAP FRANÇAIS

SHOP RAP FR
Des milliers de produits Rap Français t'attendent sur Scredboutique.com